C’est l’État qui devait reprendre les Chantiers de Saint-Nazaire, pas Fincantieri

800-440px-Paquebot2

Communiqué de presse du Front national (FN) de Loire-Atlantique

Le groupe italien Fincantieri a en définitive été le seul à déposer une offre de reprise pour les chantiers navals de Saint-Nazaire, jusqu’alors possédés par STX. S’il faut savoir se satisfaire de l’écartement de son concurrent chinois Genting, dont les pratiques industrielles faisaient craindre un avenir sombre pour les chantiers navals nazairiens, sachons toutefois rester vigilants. D’ailleurs, pour le Front national, cette solution n’est, au fond, pas une bonne nouvelle.

Depuis trois ans, les patriotes bataillent pour que soit mise en place une nationalisation partielle et temporaire des chantiers navals de Saint-Nazaire, par laquelle l’État français, représenté par la Caisse des dépôts et consignations, ferait l’acquisition d’au moins 51 % de leurs capitaux (contre 33 % aujourd’hui). Cela aurait dû être la solution privilégiée. Mais nous constatons avec peine que l’État n’a même pas pris la peine de déposer une offre de reprise, malgré l’alerte donnée par le Front national, l’opinion nazairienne, et une majorité de syndicats.

Par ailleurs, que l’on ne se méprenne pas sur le bénéfice que constituerait le rachat d’un de nos chantiers navals par un groupe italien. Ce « deal » entre Européens ne doit flouer personne. Quand notre souveraineté est en jeu, la France n’a pas d’autre allié qu’elle-même. Or, cette revente des Chantiers de Saint-Nazaire affecte directement notre souveraineté industrielle, faisant craindre des transferts de technologie et une concurrence accrue avec notre propre production navale. Ainsi, à Saint-Nazaire, Fincantieri risque-t-il de concurrencer DCNS sur le terrain commun de la construction militaire.

Face à ces perspectives inquiétantes, le Front national réaffirme que c’est l’État français qui devait reprendre les chantiers navals de Saint-Nazaire, et non le groupe Fincantieri.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *