La nouvelle gare ne doit pas masquer les menaces sur nos services publics

800-440px-GareSN

Communiqué de presse de Gauthier Bouchet, candidat du Rassemblement national (RN) à la Mairie de Saint-Nazaire


Le maire de Saint-Nazaire inaugurait ce mardi matin la nouvelle gare ferroviaire de Saint-Nazaire, aux côtés du président du conseil départemental de la Loire-Atlantique, de la présidente du conseil régional des Pays de la Loire, du sous-préfet et d’un représentant de la SNCF. Au terme de cinq ans de réflexion, dont deux de travaux, Saint-Nazaire se voit enfin dotée d’une gare au niveau d’une ville de sous-préfecture. Il était temps, car cela était nécessaire…

Il n’en reste pas moins que la rénovation de la gare ne doit pas occulter les menaces qui planent sur les services publics à Saint-Nazaire. Il ne s’agit pas de pratiquer un bonneteau où une gare flambant neuve masquerait la fermeture d’agences postales et de postes de police, comme nous le vivons depuis ces dernières années de Ville-port à Kerlédé, en passant par la Bouletterie, voire un transfert des activités du tribunal de grande instance (TGI) comme il semble s’annoncer dans le cadre de la départementalisation de la Justice. Une gare neuve sans guère de sécurité ni de vidéo-protection, ni un certain nombre d’équipements demandés majoritairement par les Nazairiens — facilités pour garer les vélos, distributeurs bancaires, davantage d’hôtels et de lieux de restauration… — n’est d’ailleurs qu’un pis-aller, alors que ce quartier mériterait d’être repensé dans son ensemble, pouvant constituer un « second centre » dynamique et végétalisé de Saint-Nazaire en entrée de ville : mieux vaut un gare-lieu de vie qu’une dalle-lieu de passage.

De même, le Rassemblement national (RN) de Saint-Nazaire est soucieux que la rénovation de la gare ne serve pas d’alibi pour « gonfler » artificiellement l’action du maire en temps de campagne municipale. Au fond, la Ville et l’agglomération n’ont contribué qu’au tiers du financement des travaux, il serait donc anormal que le maire en retire l’essentiel des bénéfices symboliques ! Si la gare se refait un nouveau visage, le maire n’y est pas grand-chose, et cela ne participe donc à son bilan qu’à la marge : l’État, la Région, le Département et la SNCF ont fait bien davantage en la matière que la majorité municipale…

► SUR CE MÊME THÈME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *