Le Front national veut faire de Saint-Nazaire « un bastion »

800-440px-Blanchard

Article de Saint-Nazaire infos du 26 janvier 2012


Ce jeudi, le Front National présentait à Nantes ses 7 candidats aux élections législatives. Pour ce scrutin des 10 et 17 juin, les instances départementales entendent bien surfer sur la « vague Marine ». Jean-Claude Blanchard candidat à Saint-Nazaire compte être présent au second tour et faire de la cité portuaire un bastion du FN.
Jean Claude Blanchard
Jean Claude Blanchard

Il règne aujourd’hui au Front National, un vent d’optimisme non dissimulé  pour l’élection présidentielle. Marguerite Lussaud secrétaire générale départementale et candidate dans la 9e circonscription (Côte de jade/Grand-Lieu) en est convaincue, Marine Le Pen sera bien au second tour et peut-être présidente. Et d’inviter les citoyens à voter intelligemment : « C’est le bonheur des Français qui est en jeu. Aujourd’hui, on dit qu’elle est à 17% dans les sondages. Je l’affirme, c’est faux ! Elle est à plus de 30% ». Mais voilà, à l’heure actuelle la fille de Jean-Marie Le Pen semble éprouver quelques difficultés à réunir les 500 signatures nécessaires pour être officiellement candidate. Et ce n’est pas en Loire-Atlantique que l’on s’est bousculé au portillon pour donner sa signature, loin s’en faut. En effet, selon Christian Bouchet responsable des affaires électorales et chargé de communication, Marine Le Pen ne recueille actuellement qu’une seule signature officielle et une seconde qui est probable. L’occasion aussi pour le candidat sur Nantes-Ouest de fustiger ce système de précieux sésame : «C’est une pratique antidémocratique. À titre d’anecdote, il faut savoir qu’en 2007 sur 42 000 signatures potentielles, seuls 14 000 élus ont donné leur signature ». Qu’à cela ne tienne ! Dans l’euphorie ambiante et compte tenu de la phase ascendante du FN dans le département depuis trois ans, le parti de Marine Le Pen entend bien bouleverser l’échiquier politique départemental et créer de belles surprises pour les législatives.

7 candidats pour 10 circonscriptions

Dans cette optique, le FN a donc présenté les sept candidats qui ont tous été désignés par les instances nationales. Avec sept candidats pour dix circonscriptions, il y a de quoi être étonné. Mais pour Christian Bouchet cette équation à première vue insoluble s’explique : « Le FN est engagé, tant au plan national que local, dans une politique de rassemblement national. Trois circonscriptions à savoir Nantes-Sud, Nantes-Est, Nord-LoireAtlantique/Pays Castelbriantais sont réservées au Rassemblement National. Ces places sont laissées libres et seront proposées à des personnalités extérieures au mouvement ». Et de citer pêle-mêle à droite et à gauche:  « Le Mouvement pour la France », « Debout la République », « Le Centre national des indépendants », « Le Mouvement souverainiste », ou encore tous ceux qui réclament du « Chevènementisme ». Une chose est sûre, si quatre hommes et trois femmes composent aujourd’hui le groupe des candidats de Loire-Atlantique, la liste finale respectera totalement la parité. Fort du résultat des dernières cantonales avec une moyenne de 12% pour l’ensemble de ses candidats, le FN espère bien des résultats historiques avec un ou deux candidats au second tour. Pour ce faire, la section dirigée de main de maître par Marguerite Lussaud compte particulièrement sur deux circonscriptions « phares » à savoir Nantes 3 et surtout la 8e du « Pays nazairien ». La 7e circonscription qui concerne « Côte d’Amour/Pays baulois et guérandais » sera représentée par Annie-Chantal Durand retraitée, avec comme suppléante Nicole Mellet.

Le FN mise sur l’électorat des chantiers et de Penhoët

Nous l’avons dit, la 8e circonscription du Pays nazairien sera l’objet de toutes les attentions et pourrait bien être la grande surprise sur la Loire-Atlantique. C’est en tout cas le souhait du candidat Jean-Claude Blanchard qui entend bien faire de Saint-Nazaire, un bastion du FN. « Nous avons un point de référence qui est le canton de Saint-Nazaire Est où nous avons obtenu un score de13,2%. À Penhoët, nous étions le second parti. Du fait que le taux d’intention de vote des classes les plus populaires est particulièrement élevé pour Marine Le Pen (43 % pour les ouvriers), la sociologie nazairienne nous semble particulièrement favorable pour le FN ». Dans cette campagne de terrain, en parallèle de la présidentielle, le FN affiche sa volonté d’être présent sur les marchés de Penhoët ou des Halles. Il sait que certains n’hésiteront pas à mettre des bâtons dans les roues de son candidat. Ainsi une allusion est faite à Nathalie Bruneau conseillère municipale de gauche. Et Christian Bouchet d’ajouter : « Cette dame a un comportement hystérique. Elle est tout sauf un exemple de démocratie. Elle a un mépris pour le peuple qui me laisse sans voix ». Quant à Jean-Claude Blanchard, il considère que toutes les conditions sont réunies à Saint-Nazaire pour être au second tour : « Saint-Nazaire est symptomatique de la politique du gouvernement. C’est notre électorat ! ». Dans sa campagne, le FN mettra l’accent sur trois thèmes principaux à savoir l’emploi, la protection et les valeurs de la République. Sur ces points précis, les candidats proposeront des solutions passant par la préférence citoyenne et l’indépendance nationale pour la défense de tous les Français. Autant de thèmes aux airs de déjà entendus et qui ne surprendront personne.

Qui sont-ils ?

Annie-Chantal Durand
Annie-Chantal Durand

7e circonscription : « Côte d’amour/Pays baulois et guérandais »
Annie-Chantal Durand est née en 1943. À 69 ans, cette habitante de Plessé est veuve et mère de deux enfants. Retraitée, elle a travaillé au Niger pour le Commissariat à l’énergie atomique dans les années 70/80. C’est la première fois qu’elle se présente au suffrage des électeurs. Sa suppléante est Nicole Mellet retraitée 82 ans. Dans sa campagne Annie-Chantal Durand entend mettre l’accent sur la sécurité : «  Je veux lutter contre la délinquance de tout poil. Contrairement aux chiffres de 2011 annoncés récemment, je constate que le nombre de cambriolages a pas mal augmenté notamment dans les quartiers où se trouvent de nombreuses résidences secondaires ».

8e circonscription : « Pays nazairien »
Jean-Claude Blanchard est né en 1952. À 59 ans, cet employé de la fonction publique dans le secteur hospitalier est aussi un militant syndicaliste et laïque. Auparavant, il fut soudeur aux chantiers de l’Atlantique et a déjà été candidat aux cantonales de 94 à Machecoul réalisant un score proche des 6%. Adhérent du FN depuis 82, il habite aujourd’hui Saint-Michel-Chef-Chef, mais plus pour longtemps : « Je vais déménager à Saint-Nazaire avant les élections législatives ». Il aura comme suppléante Éliane Hamond-Berenguer, femme au foyer et veuve d’un ancien policier d’origine marocaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *