Rétablissons enfin l’ordre et la sécurité à Saint-Nazaire

800-440px-Municipale

Tribune de Johnny Masson-Leblain, conseiller citoyen de quartier de Saint-Nazaire, directeur de campagne du RN à l’élection municipale


Dans six mois, se tiendra l’élection municipale, qui sera déterminante pour l’avenir de notre ville. Le choix sera simple : continuer avec la majorité socialiste sortante, ou choisir l’alternative que nous proposons, au Rassemblement national (RN).

Notre projet sera un projet clair et ambitieux pour notre ville. Nous le mettrons en place dans le cadre d’un rassemblement renouvelé de femmes et d’hommes issus du RN, tout comme d’indépendants et de personnalités de la société civile. Une des priorités de notre projet sera la sécurité.

Incendies criminels, trafics de drogues, cambriolages, et incivilités rythment le quotidien des Nazairiens. Depuis plusieurs années, nous assistons impuissants à ces actes, car la majorité ne met pas en œuvre les moyens nécessaires. Ainsi, pour la seule année 2019, de nombreux faits criminels et délictueux sont répertoriés. En janvier, nous constations des incendies de véhicules dans le quartier de Méan, en février, des tags, de l’urine et des nuisances sonores dans des caves de ce même quartier, en mai, des incendies de véhicules à la Trébale et à Villès-Martin, des rixes en centre-ville liées au trafic de drogue, en juin, un vol avec violence sur un octogénaire, en juillet, une tentative d’assassinat dans le centre-ville, au niveau du Dragon, un vol avec violence, en août, une rixe au sabre, place de l’Amérique latine, un coup de poignard d’un Algérien aux chantiers navals, et des incivilités récurrentes dans le quartier de Sunderland. L’an passé, nous avons même assisté à des scènes récurrentes de vandalisme dans nos écoles. C’est intolérable.

À tous ces actes, il faut aussi rajouter les violences que subissent les agents et conducteurs des transports publics STRAN. Pour les enrayer, une fois à la Mairie, nous recruterons des agents de prévention dans les bus : un agent pour quinze conducteurs.

Ces actes de délinquance sont en partie le fait de l’immigration clandestine que l’on nous impose, ces quatre dernières années ! Rappelons-nous quand le maire sortant était venu chercher les premières vagues, les accueillant au pied du bus avec le sous-préfet, en 2015. Nous n’en voulons pas. L’insécurité liée à l’immigration nuit également à nos commerces, nos entreprises, notre tourisme local, à notre culture (qu’elle n’enrichit pas !) de même qu’à l’image de notre ville (qu’elle dégrade…).

L’insécurité existe aussi parce que l’équipe municipale actuelle ne se donne pas les moyens de la sécurité. Saint-Nazaire compte 71 000 habitants, mais ne comporte que 15 caméras fixes de vidéo protection, 10 policiers municipaux (non armés !), 8 agents de surveillance de la voie publique, 8 médiateurs, 3 agents de la vie quotidienne, 3 accompagnateurs sociaux-éducatifs.

Ces effectifs sont trop bas et certains postes inutiles – comme les médiateurs – ne fonctionnent pas ! Le maire et son adjoint à la tranquillité publique… qui est aussi son directeur de campagne… et l’adjoint à l’éducation… et l’assistant du sénateur local (un vrai cumul !) doivent savoir que les Nazairiens aiment l’ordre, et non pas le laxisme !

À titre d’exemple, Fréjus, ville de 55 000 habitants, gérée par David Rachline et le Rassemblement national, compte 140 caméras de vidéo-protection, 16 opérateurs de vidéo-protection contrôlant les images 24 heure sur 24, 70 policiers municipaux et 7 agents de surveillance de la voie publique (ASVP). Comme quoi une ville avec davantage de sécurité, c’est possible ! David Rachline le fait à Fréjus, Steeve Briois le fait à Hénin-Beaumont, comme tous les maires du RN. Avec notre équipe, Gauthier Bouchet le fera à ici, à Saint-Nazaire.

Avec nous, c’en sera fini du laxisme des socialistes. Place à l’ordre ! Nous augmenterons les effectifs de 10 à 25 policiers municipaux et les armerons. Nous mettrons en place un plan de 100 caméras dans des lieux stratégiques de la ville, en concertation avec les autorités, soit sept fois plus qu’aujourdhui. Nous créerons un centre de supervision urbain, avec des opérateurs dédiés, comme il en existe d’en d’autres municipalités, même de gauche, comme Nantes !

D’ailleurs, cette vidéo-protection, est très utile. Rappelons que la France est toujours soumise au risque de terrorisme islamiste : nous l’avons encore vu avant-hier avec l’affaire de l’ « Afghan de Villeurbanne ». Que diront-les Nazairiens le jour ou un attentat surviendra dans notre ville, et que les coupables n’ont pas été identifiés par manque de vidéo-protection ?

Evidemment, le risque zéro n’existe pas, mais le maire est le garant de la sécurité dans sa ville. Il est, pour rappel, officier de police judiciaire.

Tout ce qui est juridiquement et politiquement possible de faire doit donc être mis en œuvre. Et cela passe par une cohésion et une concertation entre la mairie et les autorités locales et nationales.

La majorité se targue de ne pas trouver les financements nécessaires. Mais il n’est pas besoin d’augmenter les impôts pour davantage de sécurité… La simple réduction des indemnités des élus entraînera en effet de l’ordre de deux millions d’euros d’économies sur le mandat, sans compter celles que nous ferons en diminuant les dépenses de communication, en enlevant des postes inutiles dans les directions de services et de cabinets, en supprimant le financement des associations communautaristes et immigrationistes.

Enfin, nous assistons aussi à Saint-Nazaire à une autre forme d’insécurité : celle liée au manque d’entretien de la voirie, des rues et trottoirs détériores, un manque de luminosité dans certains endroits. Nous augmenterons le budget pour la rénovation de la voirie en le passant de 1 million d’euros à 3.5 millions d’euros.

Ces propositions sont des propositions de bon sens, qui engagent notre ville vers un avenir davantage serein pour les Nazairiens. Nous aurons bien sûr l’occasion durant la campagne de détailler nos propositions sur tous les grands enjeux.

► SUR CE MÊME THÈME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *